Le Royaume d’Algandie

---

 

 

 

Le Royaume d’Algandie est un pays riche et prospère avec une stabilité politique depuis prés de 7 siècles. Sa richesse s’est quelque peu réduite du fait de la Crise monétaire et du coût des Croisades. Des navires croisés ramène bien des matières précieuses mais cela ne rembourse pas toujours les frais engagés. Et encore si les navires ne sont pas détruits par des pirates en chemin.

Le royaume est gouverné par le roi Jean III et le pape Alfonse VIII .

Dans le royaume la caste dominante est la noblesse, après il y a le clergé, puis les bourgeois (commerçant) et enfin les cerfs (esclave de la noblesse ou du clergé).

 

 

I  Historique

 

L’histoire des terres d’Algandie commence avec l’arrivée des troupes de Krath en -150. Auparavant il y avait des tribus vivant de l’élevage et de l’agriculture. Cette population était certainement des descendants de Khalates, de l’exode de – 800, mélangés à une peuplade barbare plus ancienne. Mais comme il n’existe aucun texte de cette époque, nous passerons sur les suppositions pour commencer l’histoire avec les écrits de Krath.

L’expansion du royaume des Mages vers l’ouest commence en -150. Les troupes rencontrent une population essentiellement tribal et agraire. Malgré quelques résistances de fanatiques barbares indigènes la conquête avance sans de véritable armée pour s’y opposer. En 100 ans il ne reste rien de cette civilisation maintenant perdu.

Puis le projet d’invasion de Elleslande par l’empire de Krath place cette région au statut de province en 200. Les archimages en font la priorité de l’empire. En 50 ans, un port Algan, capital de province, est construit. Trois autres villes apparaissent afin de contrôler les différentes régions autour d’Algan .

Enfin au moment de l’éclatement de l’empire de Krath en 512 la province algandaise obtenu son indépendance tout comme la cote Mercadiennne, Elleslande et les terres Khalates. Le nouvau royaume d’Algandie commença un lent essor économique et politique.

Le royaume entre en 630 dans de longues guerres seigneuriales : La Guerre des Princes. Le pape et le comte d’Algan réussissent à rétablir la paix en 782 par le traité des Quatre. Le royaume est subdivisé en 4 comtés solidaires jurant fidélité au royaume. Un conseil des 4 est établi,  le roi dirigeant du royaume, secondé par le pape chef spirituel, le comte de Hautfait général des armés et le comte de Getap président de la chambre de commerce. Les quatre sont secondé par un conseil de sages responsables de la gestion du royaume... 

 

 

 

II Géographie :

Le pays est divisé en quatre comtés. La capitale de chaque province représente le pouvoir central de la région.

 

1)      Algan la blanche  et la région Alganaise :

 

La capitale Algan fut le port d’invasion militaire pour la conquête d’Elleslande. La ville abritait 100.000 hommes et 20.000 en casernes. Elle était puissamment fortifiée et des murailles longues de plusieurs kilomètres protégés l’estuaire du port. Puis, quelques décennies après, il devint le port de la colonisation. Le deuxième essor de la ville commença à l’indépendance d’Algandie. La ville forteresse devint la résidence  du roi d’Algandie. Une cour s’installa dans la cité et des ambassadeurs de divers royaumes vinrent dans cette ville : capitale d’Algandie, de la vraie foi et même du Glaive diront certains ambassadeurs. C’est à cette époque vers 700 que la ville se tourne peu à peu vers le commerce.

 

Maintenant Algan est une capitale cosmopolite de plus de 500.000 citoyens et de nombreux voyageurs. La ville se divise en trois parties : le port, la basse ville, la haute ville.

Le port est un grand port commercial et touristique. Certes les bateaux de commerce reste la grande majorité, mais tout une partie du port est réservé aux navires officiels des ambassadeurs ou nobles de pays voisins voulant goûter les délices de la haute ville dite ville « verte ».

La basse ville est le lieu des cerfs, des bourgeois et des matelots La milice de la cité évite de se rendre dans cette partie de la ville tant les risques sont grands. De ce fait, cette partie de la ville est livrée à elle même et cache en son sein les criminels les plus malfamés du royaume, des pirates de l’ex-Port lathendre, et toutes sortes d’organisations sombres aux activités tout aussi obscures.

Il y a tous les commerces qu’une grande ville puissent accueillir et bien plus. Les maisons de plaisirs Alganaise non plus à faire leur réputation. Les plus belles courtisanes du monde offrent leur délicatesse aux riches commerçants, nobles et étrangers.

La gigantesque cathédrale de St Helm siège de toute sa hauteur entre la basse ville et la haute ville, telle une enclave respectée par tous, îlot de quiétude et réconciliation entre les habitants. Quiconque s’attaque à la cathédrale se verra attaqué partout dans la cité. L’histoire qui lie cette bâtisse aux habitants est très vivace dans leur cœur car c’est en ce lieu que les gens se sont toujours réfugiés dans les moments de guerre. Et toujours ce lieu les a protégés. Des rumeurs disent que des anges attaquent quiconque s’en prendrait aux personnes réfugiés en cette Demeure de Dieu. Le cardinal Francis de Cornouaille est un homme très important et très respecté par toute l’Algandie.

Son clocher entièrement recouvert de feuille d’or brille plus que le phare du port. C’est la première chose que voit les navires en arrivant. On dirait le doigt d’un colosse d’or pointé vers le ciel. Au sommet  du clocher brille le plus gros rubis du monde « le coeur du sauveur ».  Ses reflets sanguins sont comme les larmes de sang du fils du très haut.

La ville verte est entourés de murailles (elle était en fait l’ancienne place forte de commandement de la ville. Pour y pénétrer il faut soit être noble, soit être accompagné d’un noble, soit verser une grosse somme d’argent afin d’obtenir un laissez-passer temporaire. Cette ville se trouve sur la colline surplombant la baie . Tout les bâtiments sont construits en pierre blanche, mais se sont les arbres des jardins suspendues qui colorent ainsi la ville. Les plus beaux palais du monde rivalisent avec les jardins d’une somptuosité inégalée. . On raconte qu’au sommet de la colline, les racines d’un arbre majestueux sont conservés, souvenir d’un lointain héritage. Ses racines sont nervurés d’or et les poètes racontent qu’il s’agit des restes d’un des Grands Fils Arbres de Bloriël, Le Grand arbre des elfes blancs.

Les ressources de ce comté sont le commerce mais aussi l’exploitation de minerai de fer et de cuivre.

 

 

2)      La citadelle de Haufait :

 

La deuxième ville Hautfait, est à l’est d’Algan. C’est une forteresse au sommet d’un volcan « Tirrain » . Cette cité de 50.000 guerriers était l’unique centre d’instruction de l’armée de l’empire de Krath. Le régiment de 10.000 seigneurs de guerre appelé les Alkath, ce qui veut dire « guerrier de lave », étaient entraînés dans la bouche du volcan. Ce régiment défendit la frontière sud-ouest de l’empire en 500 contre l’empire de Séléntium et 9 ans après face au Kinrudaï les ancêtres des Mercadiens.  D’ailleurs le respect qui existe entre les habitants de Haufait et les Mercadiens date de la fameuse bataille des deux lunes ou pendant 56 jours les deux factions s’opposèrent avec la plus grande cruauté, laissant 80.000 hommes femmes et enfants sur le champ de bataille de Sundaril.

Cette ville rejoignit Algandie en 510 quand les Archimages recrutèrent les chevaliers Teutoniques. Une certaine haine existe entre ces derniers et les Alkath.

Des légendes nomment l’Elite de ces guerriers les Algakathi. elles racontent que ces guerriers ne pouvaient être tué. Ces légendes ont sans doute un fonds de vérité car les scribes sélentium parlent encore avec terreur des ces êtres abominables. Mais rien ne dit aujourd’hui si cette armée existe. 

Le deuxième comté est celui du comte de Haufait : frère du général en chef du roi. Il est issu de la plus vieille noblesse d’épée. Cette ville forme tous les soldats de l’armée et c’est là que les armes à feu ont été inventées.

 

3)      Genoshia et la province Papale :

 

La troisième ville Genoshia fut à l’origine une cité implantée entre Algan et le territoire Khalate en 260. C'était la résidence d'hivers des Archimages. Placé au centre du territoire, elle était un excellent point d’observation éloignée de toutes frontières hostiles. Le paysage enchanteur de ses vertes prairies et des vallons fleuris toute l’année en fait un des plus beaux endroits du continent. Mais le grand bouleversement de la ville survint en 362 quand l’Archimage Alfonse de Xernak vint y prendre sa retraite. La légende raconte que ce doux Archimage entendit parler du sauveur par des Khalates. Un soir un dragon vint lui annoncer qu’on l’appellerai désormais « Pape de la foi en le Sauveur » pour l’éternité. Il devint le porte parole de la vraie foi. Ses pairs les Archimages acceptèrent sa religion, sa papauté et permirent l’envoie de missionnaire vers Elleslande. Le pape Alfonse 1er vécut jusqu’à l’âge miraculeux de 214 ans et l’espérance de vie des papes est de 190 ans.

Le troisième comté est celui du pape, le comté de Génoshia. Les seuls dirigeants de cette région sont des religieux. Les ressources sont essentiellement agricoles. Quelques revenus parviennent des Croisades et des territoires croisés.

 

4)      Getap et la région des steppes :

 

La dernière ville est le port de Getap. Situé au nord D’Algan, ce port militaire était chargé de surveillé le nord du Glaive à l’époque de l’empire de Krath. Dernier grand port avant la banquise et les glaces éternelles son rôle commercial fut important pour le nord du continent, plus proche de Spyte il servit très tôt de voie commerciale vers la forteresse et le nord de l’empire. Très vite tourné vers le commerce Getap devint vite une ville prospère d’une égale importance face aux trois autres cités.

Hélas sa prospérité a attiré la convoitise en particulier en ces temps de la Crise. De nombreuses attaques de thulanais ont ravagé la ville et ses alentours. Aujourd’hui la population en a appelé à l’aide du roi et de son armée pour protéger la ville. Le commerce s’est raréfié. De plus les derniers hivers ont été plus froids et la banquise a presque atteint l’entrée du port. Tous ces événements n’ont pas aidé la cité qui se dépeuple peu à peu.

Mais la plus grande richesse de cette région est la forêt légendaire de Rach’elhyom. Cette gigantesque forêt est composée des plus grands arbres du continent. Peuplé de chênes, de pins, de châtaigniers de plus de 100 m de haut, elle a permis à Gétap de devenir le plus grand centre naval du continent. Les bateaux de Gétap sont connus bien au-delà du Glaive, certains prétendent que jamais bateau plus grand et plus beau ne firent construit. Les bateaux équipent les flottes mercaniennes et les navires croisés. D’ailleurs le plus beau joyau de ces chantiers vient d’être achevé et se nomme : Princesse ! nom très poétique mais qui cache un navire très puissamment armé avec une variante de la nouvelle arme que possède Algandie. Ce bateau s’il fait ses preuves, deviendra le prélude d’une flotte plus importante. Il a pour première mission d’exterminer les pirates attaquant les navires croisés.

Le quatrième comté est celui du Comte de Courtenay. Le comté de Getap est tourné vers le commerce maritime, la pêche et l’exploitation forestière. Quelques mines existent aussi dans les montagnes mais l’exploitation n’y est que saisonnière.

 

III  La noblesse

 

La noblesse obéit au roi et fait respecter sa volonté dans le royaume.

Les nobles possèdent des terres qui leurs fournissent leurs revenus. Sur ces terres ils possèdent d’anciens châteaux fortifiés datant de l’époque des guerres seigneuriales. La noblesse vit maintenant dans la haute ville d’Algan à la cour du roi Jean III.

Le palais  du roi se trouve dans la capital d’Algandie : Algan la blanche. Toute la vie culturelle se retrouve dans cette cité de plus de 500.000 d’habitants.

Les jeunes nobles reçoivent une éducation basée sur les arts, l’escrime et la religion unique dans la grande école d’Algan. Les premiers fils se tournent vers la politique et les arts, les cadets vers la religion et les benjamins vers les arts de la guerre et la gestion des terres servant d’intendant pour leurs aînés.

 

Après la constatation d’une dégénérescence dans les naissances d’enfant issu de mariage entre noble, la loi de 920 oblige désormais aux mariages mixtes nobles – bourgeois.

 

C’est aussi dans cette ville que l’on trouve la seule académie de magie du royaume : Lumanisciente. Cette dernière n’enseigne pas de religion (interdite par le pape). Peu de noble y a accès car le concours d’entrée se fait de manière impartiale et les longues années d’études ne permettent guère d’autres activités. Les magiciens à leur sortie sont vendu à un noble devenant par la même leur serviteur. Seul les rares magiciens issus de la noblesse ont le droit d’être indépendant. Ils perdent leur statut de noble pour devenir des commerçants de la magie. 

 

Les nobles sont les garants de la paix sur le royaume et donc possèdent les tribunaux terrestres.

 

 

IV Le clergé

 

Algandie vit sous une religion unique « la vraie foi » dans tous les comtés. Seul les temples de la vraie foi sont autorisés. Il va sans dire que les religions dites païennes ne tardent pas à péricliter.

Le pape possède sont propre comté donné par le roi de l’époque. Chaque nouveau pape devint le comte des terres. Le pape est élu à vie par un conseil de cardinal. Ces derniers issu de la noblesse sont les second du pape, ils sont dans les grandes villes et conseillers de la noblesse. Ensuite il y a les prêtres issus de la noblesse ou de la bourgeoisie et les frères issu du peuple.

Il y a peu de monastère dans Algandie, car seul les cardinaux ont ce privilège. Ces monastères sont souvent des villes pouvant contenir jusqu’à 20 000 habitants. Ces monastères sont aussi les casernes des frères de la conversion. Ces frères de la conversion sont des guerriers de la foi, leur formation ressemble à celle de chef de guerre.

La religion autorise les femmes à devenir sœurs.

Les religieux n’ont pas le droit de se marier mais ils peuvent vivre en concubinage homosexuelle. Car le religieux doit trouver Dieu en lui et non dans une relation animal pouvant entraîner la copulation.

Le clergé est le dépositaire de la justice divine et donc possèdent les tribunaux célestes. Un condamné par la justice terrestre peut aussi être condamnés par la justice céleste (beaucoup moins clémente que la première).

 

 

V  La bourgeoisie et le commerce

 

Algandie de part sa position sur le glaive est un pays économiquement riche. C’est grâce au commerce que le royaume a pu acquérir son indépendance par rapport à Krath. Les bourgeois sont liés au famille noble, ils ne sont pas dans des guildes mais affiliés à une grande famille noble à qui ils versent des taxes.

 

Depuis 920 les mariages mixtes ont permis aux bourgeois de mariés leurs enfants à la noblesse et de la même de devenir parents de nobles. Cette loi a ainsi permit de rapprocher ses deux castes de la société. Le statut de noble n’est transmissible dans un mariage que part les mâles. Seule les jeunes bourgeoises pourront être anobli. Mais les jeunes femmes nobles garderont leur titre sans pouvoir le transmettre à leurs enfants. Ainsi la bourgeoisie depuis plus de 500 ans est très proche de la noblesse.

 

 

 

VI Les Grandes familles à la cour Algandaise

 

1)      La Famille Royale :

La famille royale descend du sénéchal de Algan Le mage Gurmtom mort en 517. Cette homme s’il ne fut jamais archimage était un magicien très puissant. C’est grâce à lui que l’Algandie obtint l’indépendance face aux nouveaux archimages de après le cataclysme de Spyte.

Le roi Jean III d’Algandie     grand magicien et fin politicien c’est un homme de 45 ans. Comme tous les premiers nés de la famille royale il a étudié la magie. Il est le porteur du symbole royal : la couronne du Destin ; cette relique remonte au temps des archimages. Il fut élevé comme tous ses prédécesseurs dans le Château d’Astingard.

Son mariage avec la Princesse de krimerd, fille d’un grand seigneur mercadien, lui a donné deux enfants : le jeune Mathieu Duc de Printing et sa sœur aînée la Princesse Florine d’Astingrad.

Le roi écoute toujours l’avis de ses deux frères cadets le Comte Edouard de Constinelle ministre des relations extérieurs, et le Baron de Tangrome ministre des finances.

 La princesse Florine d’Astingard : cette jeune femme de 22 ans est une digne descendant des roi mage. Belle et Brillant magicienne, doué en politique, elle est la joie de son père.

La Duchesse Martia de Printame     cette turbulente damoiselle de 19 ans est le portrait même de son ancêtre barbare mercadien le terrible Barbe d’or. La duchesse est une grande guerrière et, même un peu trop. Surtout quand elle se livre à des duels au cours desquels elle rentre en furie. Les ragots de la cour regorgent d’histoires sur les liaisons scabreuses de la jeune Martia et de ses nuits avec des courtisants.

Le Comte Edouard de Constinelle ministre des relations extérieurs, frère du roi, beau frère de François de Caracas. Ce courtisan de 43 ans est un homme ambitieux qui dans l’ombre de son frère le roi a été mêlé à plusieurs histoires louches. Son statut de ministre des affaires étrangères lui permet de rencontrer de nombreux ambassadeurs et c’est ainsi qu’il a marié sa fille à un noble d’Almoura François de Montonbre.

Le Baron de Tangrome : ce brillant économiste devenu ministre de finances n’aurait pas eu une enfance exemplaire d’après les ragots de la cour.

Le Mage Melchior est un ami d’enfance du roi, ensemble ils apprirent les arcanes et joutèrent de longues soirées. Ce puissant mage est devenu le tuteur de la jeune princesse Florine pendant le temps de l’année où elle étudiait dans la citadelle.        

     

2)      La famille de Hautfait :

La famille de Hautfait sont les directs descendants de Marchilliam de Hautfait, général en chef des armées de Krath en 511. Suite à la trahison des archimages le destituant pour le remplacer par le chef de l’armée Tectonique, le comte de Hautfait rejoignit les trois autres villes rebelles algandaises voulant constituer un royaume indépendant. Grâce à la citadelle école militaire, de Hautfait le nouveau royaume d’Algandie devint un royaume militaire fort.

Chaque descendant n’a eu de cesse d’améliorer la formation des soldats sortant de l’unique école du royaume. Même les moines guerriers de la sainte foi viennent apprendre le maniement des armes dans cette école. Ce centre accepte aussi des étudiants étrangers venant à titre privé.   

 

Comte Geoffroy de Hautfait : le Général des armées algandaises est un homme de 65 ans. Très grand guerrier dans sa jeunesse et fin stratège, c’est maintenant un vieillard fatigué par la vie et la charge qui lui incombent. Il rêve plus de la tranquillité de ses terres que de la vie de la cour. Il passe les 2/3 de l’année à entraîner la toute nouvelle armée d’arquebusier.

Comtesse Clarisse de Hautfait :         l’épouse du comte est morte de manière étrange il y a 15 ans. Leur mariage fit scandale à la cour, cette femme inconnu de tout Algan, d’une très grande beauté était une demi elfe. Mais, comme toujours à la cour les scandales sont d’autant plus forts qu’ils sont éphémères. Surtout qu’on ne la vit que durant le mois des festivités royales, le reste du temps elle restait dans leur citadelle, ou en voyage. 

Mathieu de Hautfait : le fils du comte a vécut le plus clair de son temps à Algan. Brillant étudiant en sciences il a mis sur pied les recherches sur les armes à poudre. Cet homme de 35 ans passe la moitié de son temps entre son laboratoire de la citadelle familiale et la vie dans la capitale entre les ballets de la ville verte et les maisons de plaisir. Célibataire dandy dans la capital et savant cloîtré le reste du temps personne ne connaît bien cet étrange Mathieu si ce n’est peut être son père et sa soeur.

Sybile de Hautfait :    Fille cadette du Comte, beaucoup prétendent que c’est le portrait de sa mère la comtesse Clarisse de Hautfait. Cette très belle femme de 30 ans a été élevée par sa mère jusqu’à 15 ans dans la citadelle des Hautfait. Ce n’est que tardivement qu’elle a fait son entrée à la cour et on ne l’y voit pas souvent à la différence de son frère.

Sir Marc de Tuffanel : Baron de la région de Haufait ce seigneur de guerre est le capitaine des gardes de la cité d’Algan. On l’aurait vu plusieurs fois dans des bals danser avec la princesse Florine.

 

              3 )  Les éminences de la vrai foi :

Pape Alfonse VIII :   C’est le septième successeurs de l’Archimage Alfonse de Xernak, chef spirituel de la vrai foi, ce fils de la noblesse alganaise est un vieillard de 197 ans maintenant. Son age plus qu’avancé laisse à supposer qu’il est en recherche d’un héritier pour le trône papale, mais personne n’a encore été présenté comme tel. Le pape est très intéressé par les fusils à poudre , il en a commandé plus que le roi, plus de mille à ce qu’on raconte. Les croisades ont été interrompues depuis deux ans sur ordre de sa divinité.

Abbé Janus :   Ce guerrier moine  de 36 ans s’est fait remarquer pendant les croisades ou il a remporté de nombreuses batailles comme commandant des frères de la vérité ; le roi et le pape l’on nommé évêque, signe d’une extrême reconnaissance pour un soldat de la vrai foi. Le roi l'a ensuite nommé abbé de la famille royale car il trouve sa foi moins théorique que celle des prêtres et il aime le coté emporté de cet homme de dieu.

Le Cardinal Francis de Cornouaille : évêque de la cathédrale Saint Helm d’Algan. Ce prêtre dispose d’une notoriété plus grande que le pape dans la capitale où de nombreuses personnes prétendent qu’il est un saint qui peut lire l’âme des gens. C’est un descendant de la famille du pape et le protégé de celui ci. On dit que seul lui pourrait reprendre la succession papale.

 

4)      La Famille de Courtenay :

Cette famille, qui gouverne la région de Guétap, fut toujours un peu à l’écart de la cour alganaise. Sa position géographique au nord du royaume lui permis une autonomie qu’elle développa vers les pays étrangers. Les dirigeants de cette famille comprirent très tôt qu’une bonne connaissance de ces voisins était nécessaire à de bons rapports commerciaux. Ainsi les Courtenay surent utiliser les services d’espions, tout autant que de marchands.

Le Comte Patrick de Courtenay : ce courtisant de 52 ans est le souverain de la comté de Guétap, président de la chambre de commerce (des nobles). Son charme lui a permis d’épouser Dame Elhis de Rach’elhyom (elfe bleu de la forêt légendaire). Grâce à ce mariage les elfes bleus ont maintenant la protection du Comte.

Les assauts répétés des barbares Thulanais ont énormément réduit la flotte de Guétap. Les seuls renforts demandés par le comte ne sont toujours pas arrivés ; seul une vingtaine de canons ont été livrés après la semi destruction de la ville. Lors de ce terrible assaut la ville fut envahit par les hordes barbares et l’épouse du comte fut violée puis tué.

Grégorie de Courtenay de Rach’elhyom : ce guider demi elfe bleu, fils du comte de Courtenay et de Dame Elhis de Rach’elhyom, a hérité des talents artistiques elfe et a appris avec son grand père l’architecture navale. Ce génie de 25 ans est un des plus grand constructeur de navire du Glaive. Avec les arbres de la forêt sacré de Rach’elhyom et sa sensibilité elfique il a construit le plus gros navire de guerre en y incorporant des canons. Ce navire révolutionnaire se nomme le « Princesse » en mémoire de sa mère.

Bernard Gropier : cet homme a épousé la sœur du comte dame Evangéline de Courtenay. Ce rondouillard bourgeois n’est autre que le chef du cabinet d’espionnage de Algan. On dit de cet homme qu’il est aimé de tout le monde et que ces ennemis ne sont pas nombreux, enfin il n’en reste plus beaucoup de vivant. Ce personnage effacé est certainement la personne qui connaît le mieux la structure politique et économique des pays longeant le Glaive.

Dame Evangéline de Courtenay Petite sœur du Comte tu es une Courtisane des plus connues de Algan. Ses amants à la cour d’Algandie étaient des plus grands de ce monde. Son mariage récent avec Bernard Gropier en a déçut plus d’un et fait rire plus d’une.

Damoiselle Gwendoline de Courtenay Petite nièce du Comte. Cette belle jeune fille de 20 ans fut adopté par le Comte quand ses parents disparurent. Cette ravissante courtisane est réputée pour connaître toutes les intrigues de la cour, et même certains prétendent qu’elle serait capable d’en inventer.

 

Mises à jour :

  De retour, les ambassadeurs annoncèrent la terrible nouvelle du tarissement des mines aurifères du Continent. Cette nouvelle fut un choc et lorsqu’on apprit que les nouveaux filons se trouvaient au centre de l’île d’elleslande, pays de barbares, la stupeur frappa les esprits. Les personnalités les plus violentes proposèrent l’invasion pur et simple de ce petit pays de mécréants, de miséreux mais de nombreuses bonnes volontés parvinrent à convaincre la couronne qu’une discussion amicale serait la plus profitable. Il n’empêche que la disparition de l’or a eu d’inquiétantes répercussions politiques et commerciales sur le pays. La Crise avait peu frappé le pays mais avec cette nouvelle, la thésaurisation s’est accélérée, et avec elle s’est accrue l’inflation des prix, la famine. Déjà les premiers signes épidémiques sont apparus dans le nord de l’Algandie et les responsables territoriaux craignent que des révoltes paysannes n’éclatent dans les mois à venir.

Préoccupé par ses problèmes, l’Algandie n’a que peu perçu les troubles qui ont agité les territoires mercaniens mais les rumeurs parlent de l’éradication totale du clan Koln. L’Eglise n’a pas confirmé ses propos inquiétants et pourtant le Kinrü Koln avait reconnu la Vraie Foi comme la religion officielle de toute sa tribu. Des prêtres avaient été envoyés par l’Eglise leur enseigner les Paroles du Sauveur. Alors pourquoi l’Eglise garde-t-elle le silence sur ces rumeurs ?

 

Retour Carte du monde