Le Royaume de Glissorn

---

 

 

 

Ce royaume fut pendant longtemps un pays riche et prospère. Mais à la suite de guerres incessantes entre deux factions rivales pour obtenir la royauté, ce pays avait beaucoup perdu de sa puissance et de sa prospérité. Les deux factions rivales étaient en premier lieu la famille « royale » des Hosbard, héritiers du trône depuis 700 ans ; et en second lieu, le prince Philippe de Balois, « cousin éloigné » du premier roi de Glissorn, Raldar du Dragon.

            Suite à la réunion de Montdor, voici 2 années, les deux factions étaient parvenues à un accord, une entente, et le pays est aujourd’hui réunifié et en paix. Mais cette paix sera-t-elle de longue durée ? Il est certain que le Roi et le Prince ne souhaitent plus la guerre et reconstruisent ardemment leur pays mais, comme tout événement long et destructeur, la guerre a engendré des rancunes tenaces, des vengeances inassouvies, des pulsions meurtrières incontrôlées, des seigneurs avides de conquêtes dont les ambitions sont stoppés. Si le pays est en paix, ses seigneurs ne le sont pas tous.

            Outre la paix, un autre événement a marqué le retour des ambassades : la reconnaissance des seigneurs de guerre, croyants en la vraie Foi et la fondation de leur ordre : les Templiers. Cet ordre fut associé à l’ordre de seigneurs de guerre païens pour ne forger qu’une seule et même armée, sous les ordres de trois généraux : un croyant de la vraie Foi, un païen et un général elfe assez jeune du nom d’Amlad dont la prestance et la connaissance sont reconnues. Cela a engendré plusieurs incidents avec les elfes présents en Glissorn de même qu’avec les elfes appartenant à l’ordre des Chevaliers Dragon. Ce Culte est d’ailleurs officiellement interdit au sein du nouveau royaume.

            Alors que le pays avait ses finances au plus mal voici un an, la situation semble s’être nettement amélioré depuis. Les contrats passés, les dettes contractées ont tous été honorées. L’économie s’est renforcée rapidement et aujourd’hui, le pays est en passe de devenir le plus florissant de l’île. Avec le retour de l’or dans les caisses royales, les souverains ont engagé une politique cherchant à relancer leur économie par le biais du travail, des grands travaux d’aménagements agraires, la reconstruction des lieux dévastées par la guerre, la restructuration des armées, etc. Toutes ces initiatives royales ont renouvelé la confiance de la population et on se met à penser à un avenir meilleur. Les marchands, eux aussi ont apprécié ses efforts et nombreux ont cherché à construire une route commerciale vers ce pays.

            Parmi les initiatives commerciales importantes, signalons deux voies aujourd’hui très utilisés : la route maritime du nord en direction de Thulane et d’Algandie ; et la route maritime du Sud vers Cantor et les pays mercaniens. Ces routes n’existaient pas auparavant mais l’association entre Glissorn et Thulane n’a pas engendré qu’une amitié nouvelle entre ces deux pays. Les ingénieurs glissornois ont remarqué que les vaisseaux thulanais tenaient mieux le gîte que les autres navires connus et en s’inspirant du détail de la coque et de l’armature des navires thulanais, ils sont parvenus à créer des navires assez grand, à la ligne de flottaison profonde qui parvient à naviguer sur la haute mer. Cette découverte exceptionnelle leur a permis d’éviter le canotage et donc les divers droits de passage d’Erévorn et de Cornombrie. Cette réduction des coûts, l’important tonnage des nouveaux navires ont intéressé les marchands qui commencent à se désintéresser des routes du Glaive pour suivre la Route de l’Ouest.

            Un épisode tragique a provoqué une scission entre Glissorn et la Cornombrie. Celui-ci commence par l’annexion de l’île de wendigor par le royaume de Glissorn. Cette action de pure formalité se transforma en incident diplomatique et religieux très grave car, parmi les compagnies armées du royaume, se trouvait une bande de félons païens, avide de richesses et de trésors. Lorsque cette bande eut vent de la présence d’un sanctuaire de la Vraie Foi et surtout de ses nombreuses possessions, elle se livra au pillage du lieu, emportant tout et détruisant le reste. outre la mort de tous les moines et résidants temporaires, la bande a volé un bien précieux pour l’Eglise de la Vraie Foi.

            Ce pillage a donné lieu à une véritable chasse à l’homme envers cette bande mais aussi à d’houleuses empoignades verbales entre l’Eglise de Cornombrie et les souverains. Le tension s’est accrue lorsque la Sainte de Glissorn reconnut voici un an par le Pape, a été arrêté et reconnu impure, hérétique et blasphématrice par les mêmes autorités, alors qu’elle se rendait dans une paroisse au sud d’Erévorn. On raconte que les flammes de son bûcher se sont élevées plus haut que les tours de la cathédrale de Criggen Varas. Cette action (irréfléchie ?) de l’Inquisition a engendré un profond trouble au sein de Glissorn, des croyants et même dans l’ordre des Templiers. La situation n’est pas prête de s’arranger car des rumeurs parlent de relations en cours entre l’Eglise de Glissorn et celle d’Algandie. Quoiqu’il en soit, retrouver la bande de pillards reste une priorité pour Glissorn comme pour la Cornombrie.

             

 

            Les souverains actuels : Dorgan de Balois, fils de Philippe de Balois

                                                    Gwendoline d’Hosbard, fille de Louis d’Hosbard      

 

            Les grands maîtres templiers :         Tallacora Amlad

                                                                       Lyxensia de Lokwar

                                                                       Coromir Banlevent

 

            Le Cardinal de Glissorn :                 Sa seigneurie Paul de Cornouailles

            Le cardinal-Inquisiteur de glissorn : sa seigneurie Edgard de Fontanil

 

Retour Carte du monde