Le Clan du Cheval

I/ L’histoire du clan, une suite de conflits, un pays aujourd’hui en difficulté :

Lors de la formation du Troisième Empire, le clan du Cheval vivait sur une terre pauvre, sauvage, faiblement peuplée et aux mains d’une famille en déclin, les Kian Shu. Le Couple Impérial envoya ses armées afin de les destituer avant d’ordonner l’engagement de travaux sur ce territoire dans le but de créer de nouvelles sources de matières premières pour l’empire. Le Couple Impérial nomma le Sage Hikataissu de la plus prestigieuse université de l’Empire, pour présider aux destinés du Clan. Il lui fut donné le titre de Shin Sen .

Hikata organisa le territoire, et dans sa sagesse, il le structura de telle façon que seuls « les shinsengummi » ( ainsi nommait-on les membres de sa propre famille) ou les représentants des familles alliées à la sienne contrôlaient le pays et s’appropriaient les richesses en développement. Bientôt, au sein de cette organisation, la corruption pénétra les cœurs et les âmes. La plupart des hommes et femmes de pouvoir en recherchaient toujours plus, soit par le biais politique, soit par le biais économique, soit par le biais de pratiques ésotériques plus ou moins honnêtes. Parmi ceux-ci, un des généraux d’Hikata, connu sous le nom de Kyoshiro, , rassembla sous sa coupe les traditionalistes Chevaux, qui appréciaient peu la forte présence de l’empire sur leurs terres. Ces traditionalistes regrettaient la nomination d’Hikata mais n’avaient jamais osé se rebeller face aux troupes impériales.

Kyoshiro profita de leur haine pour les fédérer et les rallier à sa cause : prendre d’assaut de palais d’Hikata et prendre sa place à la tête du Clan. Le coup d’état échoua mais il parvint avec nombre de ses acolytes à fuir dans les montagnes du clan où il se terra derrière des murailles barrant des vallées encaissées. Il érigea un ensemble de villages qu’il dirigeait avec fermeté, organisant son fief à la façon féodale : le Seigneur et ses Vassaux régissant le quotidien d’un peuple servile. La Famille Choshû était née.

Hikata fut attristé par la vile trahison de Kyoshiro qu’il considérait comme un fils et mit quelques temps pour se reprendre. Une fois son deuil fait, Hikata complota sa vengeance. Le Shin Sen étant désireux de connaître l’identité de tous les traîtres à la solde de Kyoshiro, il envoya son meilleur agent, Hitjedaka,infiltrer la Famille Choshû. Hitjedaka mit plusieurs années pour rassembler toutes ces informations. Mais au lieu de transmettre au Shin Sen ce qu’il avait appris, Hitjedaka trahit son maître, vola la Famille Choshû, rassembla les individus dont il s’était attaché la confiance et l’amitié, et fonda dans une autre partie du territoire la Famille Satsuma.

Furieux d’avoir une nouvelle fois vu son autorité bafouée, le Shin Sen Hikata fut pris d’une violente rage et engagea un plan sur le long terme. Tandis qu’il organisait la formation et l’expansion de ses armées en secret, il envoya des agitateurs au sein des deux Familles afin que chacune se méfie de l’autre et en viennent à des heurts violents. Petit à petit, les relations entre ces familles s’envenimèrent jusqu’à devenir sanglantes, affaiblissant les deux familles. Le Shin Sen, resté jusque là inactif et discret, décida de frapper fort et vite. Lorsque les deux familles s’aperçurent du stratagème et conclurent un pacte d’alliance, il était trop tard, et tous les félons au Shin Sen furent anéantis, à de rares exceptions près. La guerre dite de Sekigahara, se termina après la décapitation d’un millier d’opposants au Shin Sen. La Famille Hikata put enfin à nouveau reprendre la complète maîtrise du pouvoir.

Une structure politique héritée du passé :

Un Guerrier Cheval par J. Greywolf

Hikata mourut peu de temps après la guerre de Sekigahara et sa succession fut assurée par son premier commandant Okita, son neveu par alliance devenu son premier commandant. Celui-ci s’entoura de sages adeptes du Dao Yin-Yang et réfléchit à une restructuration du clan afin de lui assurer enfin un avenir radieux et paisible. La guerre de Sekigahara avait infligé de graves blessures à la terre comme au peuple. Le temps de la guérison était venu. Okita commença par réfléchir et méditer un certain temps. Alors qu’il méditait en regardant le symbole des Eaux Célestes, il eut la vision de l’Unité qui permettrait, selon lui, de ramener le clan vers la Grandeur et la Lumière.

Il convia auprès de lui des membres des deux autres familles Choshû et Satsuma, promettant en retour de leur allégeance sa grâce, un sauf conduit et une place au sein de l’administration du clan. Les deux chefs, qui avaient succédé à Kyoshiro et de Hitjedaka, refusèrent tout net de se compromettre en acceptant l’invitation d’Okita, intimant l’ordre aux membres de leur famille respective à faire de même. Mais la guerre avait marqué les esprits et certains éléments influents des Familles Choshû et Satsuma prirent sur eux de passer outre cet ordre et d’aller au devant d’Okita pour écouter ce qu’il avait à leur dire. Ensemble, ils mirent en place la structure politique suivante

II/ Présentation politique : un bref tableau :

1- à la tête du Clan, le Shin Sen :

Le clan est dirigé par le Shin Sen Okita. Le Shin Sen n’est plus le représentant de sa famille, bien que des forts liens existent encore entre eux. Le Shin Sen doit écouter toutes les voix des Grandes Familles et se place au centre du Clan, comme fut placé le monde au centre des Eaux Célestes. Il ne prend pas parti, écoute les avis et tranche de manière impartiale toutes les questions propres à son statut de représentant et chef de clan. Il est le Juge suprême du clan car il a reçu de l’Empire le devoir de gérer et régir pour le Clan du Cheval la Haute, Moyenne et Basse Justices. Seul un jugement, une décision ou un décret des Dai ou du Couple Impérial peut casser sa sentence.

Okita est un homme d’âge mur qui a un profond sens spirituel. Sa vision du monde est dépendante de sa croyance dans les préceptes du Dao. Il recherche l’harmonie dans toutes les étapes de sa vie terrestre ou spirituelle. Mais il ne fut pas toujours l’homme sage qu’il est aujourd’hui. Il fut et reste un guerrier reconnu, dont les compétences sont craintes et et respectées. C’est aussi un fin stratège, qui regrette parfois certaines actions dictées par la haine et la précipitation menées pendant la guerre comme le massacre de Kyota.

C’est un homme que la guerre et l’exercice du pouvoir ont transformé. Epoux et père encore il y a peu, sa famille fut tuée lors de l’incendie mystérieux de sa demeure, voici quelques mois. Marqué par cet événement tragique qu’il a pourtant réussi à transcender, il se comporte bien souvent en père attentif et affectueux mais aussi sévère et juste dans sa démarche politique et les actions qu’il entreprend pour mener son clan.

Il est protégé par une garde de samouraïs particulièrement fidèles et dévoués. On raconte que rien ne peut les corrompre ou les manipuler. Un groupe de ninja veille aussi à sa sécurité dans les ombres du palais gouvernemental où siège le pouvoir du clan.

2- Le conseil des Familles :

Le Shin Sen est aidé dans sa tâche par le Conseil des Familles qui se réunit autour d’une table circulaire. Ce conseil est formé par les chefs des familles les plus importantes du clan. Leur importance se mesure selon leur puissance économique, militaire mais aussi selon leur prestige et leur honneur. 12 familles sont représentées autour de cette table.

Un Guerrier cheval par J. Greywolf
  • La famille Shinsengummi est représentée par le vénérable Haito Yanaka (55 ans). Elle reste une force majeure du clan et la principale propriétaire terrienne. Mais sa puissance s’est réduite lorsque le Shin Sen a décidé de se séparer de la famille pour le bien du clan et a emporté avec lui plus de la moitié des terres et des forces militaires. Bien que ces possessions restent tout de même dans la famille, la neutralité du Shin Sen et la possibilité pour lui de s’en prendre aux shinsengummi est une menace qui pèse sur Haïto Yanaka. La rumeur publique raconte aussi que Yanaka n’apprécie pas que son père Hikata ait préféré son neveu par alliance plutôt que lui-même pour lui succéder.
  • La famille Choshû est représentée par le seigneur Okuku Tishada, neveu du seigneur Kyoshiro. Suite aux accords passés avec Okita, la famille a retrouvé la majorité des terres qu’elle avait par le passé et une maigre partie de sa force militaire. Okuku veille à ce que la parole de sa famille soit entendue par le conseil et justifie souvent ses arguments par des preuves concrètes. Il est inquiet de l’emprise que l’Empire a sur le clan mais il s’est aperçu que le Shin Sen faisait tout pour que l’Empire laisse le clan s’autogérer sans intervention autre que la fourniture de denrées de première nécessité. Même les fonctionnaires impériaux ne peuvent circuler dans les terres du clan sans au préalable avoir obtenu un accord du conseil et sans être accompagné par des samouraïs mandatés par les Familles (« afin de les protéger en ces temps difficiles »). Il sait que des temps nouveaux s’annoncent pour le clan et veille au respect des traditions. Cela ne fait par pourtant de lui un homme obtus, bien au contraire…
  • La Famille Satsuma est représentée par le seigneur Dako Itchiwa, un homme de 30 printemps. Tout comme pour la famille Choshû, la famille Satsuma a récupéré une partie de ses terres mais pas la totalité. Certains monts ont été conservés par la famille Shinsengummi pour son seul profit (ces monts étaient riches en minerais) et placés sous la tutelle de ses . Mais aujourd’hui, ces monts ont été placés sous l’autorité de vassaux de la famille Shinsengummi. Dako Itchiwa est un homme habile, un guerrier redoutable à l’allure fragile. Il n’a guère apprécié que ces terres aient échappé à sa famille mais il n’a pas encore osé se rebeller contre les décisions du Shin Sen et du Conseil.
  • Les 9 autres familles sont de moindre importance que ces trois nommés ci-dessus. Ces familles sont des vassales des trois premières tout en ayant un droit de parole important et respecté. Ce sont souvent ces familles qui parviennent à départager les familles Shinsengummi, Choshû et Satsuma. Leurs noms sont :
    • La famille Tsuhura, vassale des Shinsengummi. Elle n’apprécie que peu les deux autres grandes familles et se montre souvent opposée au Shin Sen Okita. Durant la guerre, cette famille a perdu énormément de ressources et d’hommes et ne doit son existence actuelle qu’à ses bonnes relations avec Haito Yanaka
    • La famille Matsuta, vassale des Shinsengummi. Elle a toujours été en accord avec le Shin Sen Hikata jusqu’à un triste incident, la mort tragique du plus honorable des leurs. Depuis, quelques tensions existent entre ces familles, les Matsuta pensant que la mort n’est pas aussi accidentelle qu’on pourrait le croire…
    • La famille Minekura, vassale des Shinsengummi. Elle est en excellents termes avec cette famille sans lui avoir jamais apporté aucun appui matériel ni financier, bien qu’étant toujours d’accord avec les propositions et les actions mises en place par les Shinsengummi. Nul ne sait quelle en est la véritable raison.
    • La famille Honatsu, vassale des Choshû. Elle s’est totalement engagée aux côtés de cette famille lors du conflit. Elle a beaucoup perdu mais sans rien recevoir en échange, ni gain de terre, ni reconnaissance. Pourtant elle reste fidèle à la famille Choshû. On raconte que cette famille aurait des liens particulièrement contraignants envers leur seigneur féodal et ne pourrait s’en défaire sous peine de mort brutale.
    • La famille Imiyoku, vassale des Choshû, entretient de bons rapports avec cette famille. Etrangement, elle s’est enrichie durant le conflit sans qu’aucune explication rationnelle n’ait été donnée. Quelques rumeurs et ragots sous-entendent que la famille Imiyoku aurait vendu des informations au Shin Sen Hikata en échange de bienfaits. Mais aucune preuve n’existe pour corroborer ces infamies.
    • La famille Pen Tchin, vassale de la famille Choshû, est liée à cette dernière par une dette d’honneur. Pen Tchin, son fondateur, alors membre du clan du Tigre, a été sauvé de la mort par le général Kyoshiro. En échange, Pen Tchin est venu avec toute sa famille vivre sur les terres du Cheval et s’est placé lui et sa famille dans un état de servitude militaire auprès de la famille Choshû. Cette servitude ne cessera que lorsque la famille Pen Tchin sauvera la vie du chef Choshû, ce qui n’est pas arrivé, hélas, lors du conflit.
    • La famille Itekata, vassale des Satsuma, est en ce moment en bien mauvais termes avec cette dernière. La cause invoquée est un cas typique de grand déshonneur. La fille du chef des Itekata devait épouser un neveu au second degré du côté de sa mère du chef de famille Satsuma. Lorsque les épousailles ont été annoncées, Dako Ishiwa a envoyé personnellement l’ordre de briser ce serment, prétextant qu’un fils de leur honorable famille ne pouvait respectueusement épouser une fille Itekata. Les parents du futur époux n’ont rien pu faire d’autres que de s’incliner, et la jeune fille fut contrainte au suicide rituel. La blessure de cette terrible offense est toujours vive dans le cœur des Itekata.
    • La famille Kushinada, vassale de la famille Satsuma, est en excellents termes avec elle. Les membres Kushinada sont des adeptes fervents du Dao Yin-Yang. Leur spiritualité a même été reconnue par le Shin Sen en personne lors d’une réunion du conseil. Mais des rumeurs sont venues entacher cet honneur récent. On raconte que les membres de cette famille seraient des membres de la Secte du Paradis Terrestre, aucune preuve ne permettant cependant à ce jour de vérifier ces médisances.
    • La famille Kusaya, vassale des Satsuma, en est aussi l’appendice militaire. Elle prône des valeurs guerrières et glorifie le combat et la mort honorable. Fanatique selon les uns, héroïque selon les autres, elle est une puissance crainte aussi bien par les autres familles que par les Satsuma. Heureusement, elle est considérée comme loyale à ses serments, en particulier à ceux qui l’engagent envers ses suzerains

Le Shin Sen a conservé la majorité des pouvoirs politiques mais en a attribué plusieurs au Conseil des Familles dont la conservation de l’ordre dans le Clan. La moyenne et basse justices appartient au Conseil qui les a lui-même déléguées aux chefs de familles. L’évaluation et la collecte des taxes et des impôts sont à la charge du Conseil. Par contre, le contrôle des finances du clan et l’utilisation des ressources financières sont soumis à l’approbation du Shin Sen.

III/ Mœurs et Vie dans le Clan :

L’école de vie du Dao Yin/Yang est bien ancrée dans la vie du clan. Les pratiques du Zen, de la « Danse Harmonieuse des Eaux Célestes » ou encore de la cérémonie du thé sont des exemples de pratiques de la vie quotidienne directement inspirées du Dao Yin/Yang.

Pour atteindre la maîtrise totale du chi par un équilibre parfait entre le Yin et le Yang internes demande une vie entière de pratiques, du lever au coucher et même, dit-on, pendant son sommeil. Cela passe aussi par un entraînement quotidien du corps et de l’esprit, par la pratique d’un art martial ou d’une danse, par la lecture des Sages, etc.

Le Dao Yin/Yang a aussi influencé les comportements entre individus. Ainsi en est-il du code de l’honneur du Clan du Cheval, écrit par Hikata, composé selon les principes suivants :

  • Tu n’entacheras pas ton titre de Samouraï et nul ne peut porter atteinte à ton titre sans une raison grave.
  • Tu ne quitteras pas ton seigneur et ton seigneur ne t’abandonnera jamais
  • Tu n’emprunteras pas d’argent, tu ne gagneras pas d’argent par le jeu ou par cupidité.
  • Tu ne jugeras pas autrui sans que tu ne parviennes à te juger toi-même.
  • Tu ne mèneras pas ta propre guerre car seul ton seigneur compte. Seul lui peut décider de la guerre qui doit être menée. Mais le seigneur sera garant de ta respectabilité et de la sauvegarde de ton honneur.
  • A ceux qui enfreindront ces lois, le seppukku sera autorisé. Refuser ce rite sacré est une offense infamante réservée aux cas les plus graves.
  • Tu ne feras pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’il te fasse.
  • En toute chose tu respecteras l’harmonie universelle.

IV / Economies et lieux importants :

Le clan étant en reconstruction, il reçoit de la part de l’Empire et de quelques clans amis ou voisins des dons et des denrées gratuites ou à faible prix. L’économie est donc des plus réduites et rien ne peut encore être exporté vers les terres extérieures au clan, mis à part quelques armes et produits manufacturés au comptoir d’Akalê, une étrange cité frontalière située en territoire Loup. Cette situation peut sembler déshonorante à certaines familles mais elles n’ont guère le choix pour l’instant. Le plus grand ami du Shin Sen est le Clan du Dragon qui, en échange de quelques produits bruts et précieux, vendent à très bas prix des denrées vitales à la survie des familles. En même temps, le Clan du Dragon subventionne la culture de plantes médicinales en échange de tarifs privilégiés lorsque celles-ci seront arrivées à maturation.

Le clan du Singe voit d’un très mauvais œil cet accord mais soutient lui aussi le clan du Cheval selon des dispositions qu’il a tenu à garder sécrètes.

Le clan du Tigre est aussi un généreux donateur malgré la fervente opposition de la famille Pen Tchin. Pour le moment, le clan du Tigre n’a rien demandé en échange. Mais il n’est pas dit que dans un proche avenir, il ne vienne réclamer quelques aides ou subsides.

Trois villes ont survécu aux affres de la guerre.

Une dame Cheval par J. Greywolf
  • Habatsufukki siège du clan Shinsengumi : Il fait bon vivre dans cette ville abritée derrière ses remparts. La ville est scindée en plusieurs quartiers avec chacun sa spécificité artisanale ou commerciale. Le Conseil et le Shin Sen y siègent avec la Cour.
  • Shinteikoku ville du clan Chôshû : A l’origine, tout fut fondé pour que ce soit une véritable forteresse. La vie n’y est pas des plus simples et la rigueur militaire prend le pas sur toute autre forme de pensée. De sa splendeur, il ne reste plus que deux ou trois quartiers mais qui n’ont plus la philosophie d’antan.
  • Setsujoku ville du clan Satsuma : cette ville n’est que l’ombre de ce qu’elle aurait du être si le temps avait permis son achèvement. Elle abrita un temps, un courant de pensée prônant la rébellion contre le Shin Sen Hikata, mais elle fut brisée par l’armée du Shin Sen. La ville actuelle semble hantée par les miasmes de son passé.

+ Les autres familles vivent dans des places fortes de moins grande importance ; au-delà des remparts, les faubourgs accueillent les serfs.

Haut de page