Le clan du Sanglier / Le peuple Vellekla

1 – Petit Préambule Historique

Dans la région la plus septentrionale de l’empire se trouvent les montagnes bleues au cœur desquelles le clan du sanglier a construit sa civilisation.

Bien avant leur arrivée, ce territoire était peuplé par les Hrim Bû Sar, des géants de glace qui parcouraient les endroits les plus froids de la région. Ils vivaient sous les glaciers et dans les plus hauts pics, là où le froid, la neige et la glace transpercent le cœur des guerriers les plus robustes. Ils y ont bâti les villes colossales où ils demeuraient.

Les premiers Hommes du peuple Vellekla pénétrèrent sur les terres gelées, et les premiers conflits commencèrent entre eux. Aucune guerre n’eut véritablement lieu, et on ne sait plus vraiment pourquoi cette animosité est apparue mais les rencontres entre les Hrim Bû sar et les Vellekla ont toujours été agressives.

La Reine Maudite des Géants Hrim Bû Sar

Les Hrim Bû Sar, bien que plus grands et plus puissants, étaient beaucoup moins nombreux que les humains qui avaient envahi leurs terres, ce qui équilibrait les forces. Etrangement, à l’aube d’un jour qui n’avait pourtant rien de différent des autres jours avant lui, tous les Hrim Bû Sar se mirent à migrer vers le Nord, tant et si bien qu’une fois l’hiver terminé, on n'en vit plus aucun.

Longtemps après cette étrange migration, une chamane prophétisa le retour de ces créatures au travers d'un poème que le vent lui avait murmuré. Le clan se scinda lorsqu’il fut décidé d’interpréter ce poème. Il y avait ceux qui pensaient que le retour des Hrim Bû Sar plongerait le clan dans une lutte sans merci pour sa survie et qu’il lui faudrait l’appui de l’Empire pour triompher de ses ennemis, d’autres que cet événement libérerait le pays de l'emprise d'Oyama, ceux qui pensaient qu'ils ne reviendraient uniquement que pour se venger, et tant d'autres...

Dans le doute, on interrogea les oracles, et on identifia un moyen d'empêcher ce retour : il s’agissait de sacrifier la fille cadette du roi de cette époque à Svarog, le puissant Sei-Di du feu. Le roi Kjetil rejeta au début cette hypothèse mais sa cour, terrifiée à l'idée que ces monstres reviennent les chasser pour reprendre leurs terres, organisèrent le sacrifice de la jeune Svetja à l’issu d’un sanglant coup d'état. On raconte qu'elle aurait été enlevée le soir du sacrifice par des créatures étranges dont on ignore tout encore aujourd'hui.

De nombreuses rumeurs courent sur son compte. Elle serait encore en vie, rendue immortelle par un artefact très puissant. Là, les histoires divergent ; soit les Hrim Bû Sar en auraient fait leur reine, soit elle aurait rallié à sa cause des humains qui pensent que la prophétie ne doit pas se réaliser. Quoi qu’il en soit, il y a des échauffourées régulières entre les géants et les Vellekla mais ces derniers gardent ces batailles secrètes car, trop fiers, ils ne veulent pas d'aide extérieure. Il est arrivé que, dans un élan d'instinct grégaire, ils "s'allient" à leurs ennemis pour repousser des étrangers nuisibles hors de leurs frontières.

2 – Situation Politique Contemporaine

La Reine Guerriere Gudrun en habit de soie

Actuellement, le pays est gouverné par la reine guerrière Gudrun, qui dirige son peuple depuis la cité d'Odinstorg, une antique ville Hrím Bû Sar. C’est une femme au fort caractère et aux compétences guerrières reconnues. Elle dirige de main de fer son clan surtout depuis qu’elle a reçu le titre de gouverneur impérial de la main de l’Impératrice en personne. Son prestige s’en est trouvé agrandi tout comme son pouvoir officiel. En tant que gouverneure, elle a en ses mains la haute, moyenne et basse justice. Par contre, elle a à ses côtés un général impérial du nom de Shin Zo.

Shin zo est un homme fier et honorable. Sa famille fait partie des plus puissantes et des plus respectés dans l’empire. Il est totalement loyal envers l’empire et pense que son devoir est de veiller à la sécurité des provinces et du peuple. Il est aussi un contre pouvoir pour surveiller Gudrun. Il cherche à éviter que Gudrun se fasse dévorer par l’ambition et la soif du pouvoir. Il gère les troupes impériales sur cette province.

Outre la reine et le général impérial, la société est constituée de tribus dirigées chacune par un chef qui vit dans une grande demeure au cœur de chaque village. Le poste de chef n’est pas aisé à obtenir ni à conserver. Lorsqu’un chef de village meurt, c’est le guerrier le plus ancien qui prend sa place, et personne ne le conteste car, pour avoir survécu, il possède force et expérience. Contrairement à d'autres clans de l’empire, le chef est souvent en première ligne sur les champs de batailles et par sa présence, donne du courage aux Hommes ; et par sa mort, la rage d'une vengeance. Par temps de paix, il est chargé de s’assurer que la région qu’il contrôle n’est pas menacée. Pour cela, les chasseurs sont aux aguets, et le préviennent aux moindres dangers potentiels. A la moindre alerte, il envoie des messagers aux chefs voisins qui, à leur tour, en font partir de nouveau et en peu de temps les nouvelles arrivent aux oreilles de tout le monde jusqu'à la capitale.

Sur le plan de la justice, la reine a délégué la moyenne et basse justice au chef de village et au « thing », assemblée d’hommes libres. Cette assemblée est chargée d'appliquer la moyenne et basse justice impériale. Lorsque que cela est nécessaire, la reine mandate un juge impérial pour tout délit couvert par la haute justice.

3 – Situation Géographique, Environnementale et Sociétale

Des montagnes aux taïgas, le climat est hostile. Ces conditions ont rendu le peuple robuste. Pour survivre, le clan a bâti sa société autour de guerriers féroces, poursuivant leur vie avec un enthousiasme intense, chantant leur joie de vivre même lorsqu'ils meurent, l'épée à la main. Impulsifs, bornés et rancuniers mais braves et honnêtes, ils ne reculent jamais devant un combat « juste. » Accueillant envers les étrangers pacifiques, ce sont des compagnons loyaux et des ennemis impitoyables.

Les mœurs de ce peuple ont généré de nombreux problèmes entre les villages dans le passé. La reine Gudrun a voulu unir son peuple et pour se faire, a fait éradiquer les antiques coutumes. Elle a fait appliquer les lois impériales de façon stricte et parfois violente pour changer les mœurs rancunières de son peuple.

Au combat, les guerriers utilisent des épées larges, des haches ou des lances ornées de symboles sacrés, de dragons, d'ours, de sangliers, et autres animaux sauvages vivants dans leurs montagnes. Leurs casques sont souvent décorés et surmontés de cornes qui symbolisent leur férocité. Ils portent des armures en peau ou en mailles et des boucliers de bois peint ou gainés de cuir. Ils attachent une importance particulière à leur armes, qui sont des objets très personnels. Il n'est pas sage d'y toucher sans l'accord de leur propriétaire. Ils accordent un soin particulier à leur apparence. Ils ont souvent en leur possession des peignes en bois et leurs barbes comme les cheveux sont propres et tressées.

Les richesses matérielles d'un individu déterminent son statut dans le clan et le fait de les afficher n'est pas un signe de vanité mais une autre part de leur culture. Cacher sa richesse (signifiant que celui qui dissimule ses biens craint les voleurs) est une preuve de lâcheté.

Les habitants de ce pays ont des modes de vie différents selon le milieu où ils se sont installés:

  • La capitale, dont les grandes tours argentées donnent un aspect noble à la ville tout en se confondant discrètement avec les pics enneigés des montagnes alentour, on reçoit les représentants des autres pays ou les chef de tribus qui souhaitent une audience avec la reine. On y trouve la Trésorerie du Clan, les guildes d'artisans qui regroupent les ouvriers les plus talentueux de la cité, etc. Les habitants sont plus fiers et moins bourrus que sur le reste des terres. Autour la reine, sa garde personnelle, composée de guerrières sacrées, veille nuit et jour. Les précédents propriétaires de la cité ayant laissé derrière eux tous leurs biens, les Vellekla ont découvert de grands trésors et apprirent le savoir-faire des hrímþursar qu'ils fusionnèrent avec le leur.
  • De nombreux hameaux sont dispersés dans les forets. Étant des chasseurs hors pairs, les sangliers se procurent tout ce dont ils ont besoin : la viande et les peaux de leurs gibiers, le bois qu'ils utilisent pour les constructions ou pour se chauffer, et les fruits, champignons et plantes aux vertus médicinales. Ils sont très superstitieux et font souvent des offrandes aux esprits de la forêt (Sei Di).
  • Dans les montagnes, ils bâtissent des maisons en pierre car le bois y est plus rare. Ils chassent le mouflon, le bouquetin, l’ours, la marmotte et parfois le lion de montagne. Ils pratiquent l'élevage duquel ils tirent la laine qu'ils utilisent pour les vêtements, les couvertures et même les voiles de leurs bateaux. Ils cultivent aussi des plantes (génépie) qu'ils brassent pour créer des alcools très appréciés par tous pour supporter ce dur climat.
  • Sur la cote Est se trouvent des villages de marins où sont construits des bateaux spécialement conçus pour naviguer sur les mers glacées. Ils se nourrissent du fruit de leur pêche (harengs, maquereaux, saumons, baleines) et partent souvent de longues semaines en mer pour nourrir tout le village. Étant un peuple guerrier, ils construisent de remarquables navires pouvant remonter les fleuves et mener des raids d’une redoutable efficacité jusqu'à l’intérieur des terres. Il leur arrive même de porter leurs navires à dos d’homme d’un fleuve à l’autre. Ils partent à la fin de l'hiver, livrer bataille et piller les lointains pays à l'occident et ramènent toutes sortes de trésors.

Economie, industrie et autres :

Leur économie est basée sur l’agriculture et surtout la chasse intensive. Les artisans travaillent le bois ou le cuir dans les vallées. En montagne, on utilise plus les métaux et les minéraux pour les armures, armes, outils, ustensile de cuisine,...

Les peaux de lions de montagne, de loutres, de phoques et de morse sont une ressource importante pour la tribu comme l’ivoire récupéré sur certains de ces animaux que les artisans sculptent avec beaucoup de dextérité et de goûts.

Les fabrications d’armes et de navires sont reconnues par l’empire pour leurs robustesses et leurs qualités.

Croyances en changement :

une chamane sanglier par J. Greywolf

Le clan assimilait l’origine de la vie à une rencontre entre la glace et le feu. De ce fait, il y avait à l’origine 2 dieux supérieurs à tous les autres : Svarog le Sei Di du feu et Ægir le Sei Di de la glace. Svarog a pris une importance supérieure et il est devenu le Sei Di principal, il est la lumière, la chaleur et le courage. Il aurait élu domicile dans les profondeurs de la terre parmi les créatures chthoniennes. Ægir lui était plutôt craint, on raconte qu'il était à l'origine des Hrim Bû Sar mais depuis qu'ils ont disparu, il a progressivement été oublié.

Les Velleklas accordaient une large place à la nature (les anciennes célébrations se déroulaient prés d’arbres ou de site naturel sacrée), à la femme (une reine guerrier qui dirige le pays, plusieurs déesses et une place importante des femmes dans la société), et aux pratiques ésotériques (art des runes, prédictions, métamorphose).

Mais depuis quelques années, l’Ecole de vie de la Voix Lumineuse s’est répandu dans le clan avec le soutien de la reine. Malgré des débuts difficiles, cette école a réussi à s’imprimer dans le cœur de plus de la moitié de la population qui voit dans la Voix Lumineuse, un moyen d’échapper aux combats ancestraux et aux menaces qui pèsent sur le peuple. La Voix représente leur espoir dans un avenir plus glorieux, plus riche que celui des Hrim Bû Sar. Ces changements n’ont pas provoqué pour le moment de heurts au sein de la population. Des rites chamaniques sont toujours effectués à titre privé, familiale. Mais peu à peu, la Voix impose ses rites et modifie doucement les comportements.

Haut de page